I.R.M. Imagerie par Résonance Magnétique

INDICATIONS

L’IRM ne remplace pas les autres techniques d’imagerie, mais peut s’y substituer, voire les compléter.

Elle est utilisée pour :

  • La recherche de lésions infectieuses, inflammatoires et tumorales du cerveau
  • La recherche de hernies discales, de pathologies inflammatoires et tumorales de la colonne vertébrale
  • Le diagnostic des traumatismes liés au sport (genou, épaule, hanche, coude, poignet …)
  • L’investigation des problèmes veineux et artériels par un moyen non invasif
  • La recherche de lésions de l’abdomen (foie, rate, pancréas, reins …) et du pelvis (organes génito-urinaires féminins et masculins), le tout sans irradiation
  • L’examen des seins en complément d’un bilan sénologique

CONTRE-INDICATIONS

Contrairement au scanner, l’IRM n’utilise pas les rayons X.
La grossesse n’est pas une contre-indication à l’IRM. Toutefois, en application du principe de précaution, les femmes enceintes doivent signaler leur état de grossesse lors de la prise de rendez-vous : l’examen pourra être reporté sur la décision du médecin radiologue.
Attention ! certains examens nécessitent l’injection de Gadolinium, produit de contraste.
L’injection de produit de contraste est évitée chez les femmes qui allaitent.
L’injection de produit de contraste se discute au cas par cas.

Il existe des contre-indications formelles à l’IRM :

  • Le port d’un pacemaker ou pile cardiaque
  • Le port de certaines valves cardiaques
  • Les implants cochléaires
  • Les neurostimulateurs
  • Le matériel d’injection automatisé implanté (pompe à insuline par exemple)
  • Les corps étrangers métalliques intra oculaires (en cas de doute, une radiographie du crâne est demandée avant de passer l’examen)
  • Les clips neurochirurgicaux et vasculaires

D’autres contre-indications sont relatives et sont à l’appréciation du radiologue :

    Les sutures avec fils métalliques ou agrafes
  • Les tatouages se situant sur la zone à étudier
  • Le matériel d’orthodontie, les prothèses dentaires
  • Les prothèses articulaires et matériels d’ostéosynthèse (vis et plaques pour fracture ou ostéotomie) ne sont pas une contre-indication pour cet examen mais ils perturbent considérablement les champs magnétiques pouvant rendre les images ininterprétables
  • Les éclats métalliques
  • La claustrophobie
  • Les patchs cutanés

La décision de réaliser l’examen est prise au cas par cas selon la gravité.
Lors de la prise de rendez-vous, les secrétaires médicales vous interrogeront soigneusement pour identifier des risques éventuels et la prise de médicaments anti-allergiques avant l’examen permettra d’éviter tout phénomène désagréable.

DEROULEMENT DE L'EXAMEN

À votre arrivée : on vous posera, comme lors de la prise du rendez-vous, plusieurs questions ; le plus important est de signaler que vous n’avez ni pile cardiaque (pacemaker), ni valve cardiaque, ni d’élément contenant du fer près des yeux ou dans la tête.

Pour permettre d’obtenir des images de bonne qualité, on vous indiquera les vêtements que vous devrez enlever.

Vous ne garderez aucun bouton, agrafe, barrette de cheveux ou fermeture éclair métallique. Vous laisserez au vestiaire, dans un casier, vos bijoux, montre, clefs, porte-monnaie, cartes à bande magnétique (carte de crédit, de transport..) et votre téléphone portable.

Vous entrerez dans une salle qui sera fermée pendant l’examen. Vous serez allongé sur un lit qui se déplace dans une sorte de tunnel pour la plupart des appareils, le plus souvent sur le dos et seul dans la salle d’examen ; nous communiquerons avec vous grâce à un micro.

Dans tous les cas, l’équipe se trouve tout près de vous, derrière une vitre. Elle vous voit et vous entend, pendant tout l’examen. Si vous voulez nous appeler, vous pourrez utiliser une sonnette que l’on placera dans votre main.

Si cela est nécessaire, on peut à tout moment intervenir ou interrompre l’examen.

Vous resterez en moyenne 15 à 30 minutes dans la salle d’examen.

Votre coopération est importante : vous devez essayer de rester parfaitement immobile ; dans certains cas, nous vous dirons, à l’aide du micro, quand arrêter de respirer pour quelques secondes. A cet instant précis, vous entendrez un bruit répétitif, comme celui d’un moteur de bateau ou d’un tam-tam, pendant ce qu’on appelle une séquence.

Certains examens nécessitent une injection intraveineuse, le plus souvent au pli du coude.

L’examen n’est pas douloureux, mais il est souvent un peu long et le bruit peut être désagréable.

Un sentiment de malaise par crainte d’être enfermé (claustrophobie) est un problème courant que nous connaissons bien. Souvent on peut le réduire par des moyens simples, sans aucun traitement. Si, par exemple, vous êtes mal à l’aise dans un ascenseur, parlez-en tout de suite au personnel d’accueil, afin que l’on vous prenne particulièrement en charge.

RETOUR AU DOMICILE

Si vous avez bénéficié d’une injection intra veineuse pour votre examen, il est important de vous hydrater après l’examen (au moins 1,5 litre d’eau).
N’hésitez pas à signaler à un médecin toute rougeur ou éruption cutanée qui pourrait survenir à la suite de l’examen.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous acceptez leur usage. En savoir plus

J'ai compris

Nous utilisons nos propres cookies ainsi que des cookies de tiers pour vous offrir le meilleur service, afin d'analyser la navigation sur notre site Internet. En continuant, vous acceptez leur usage. Vous pouvez obtenir plus d'informations en consultant.

1/ si vous utilisez le navigateur Internet Explorer de Microsoft

http://support.microsoft.com/kb/196955/fr

2/ si vous utilisez le navigateur Firefox de Mozilla

https://support.mozilla.org/fr/kb/cookies-informations-sites-enregistrent?redirectlocale=en-US&redirectslug=Cookies

3/ si vous utilisez le navigateur Safari d'Apple

http://support.apple.com/kb/HT1677?viewlocale=fr_FR&locale=fr_FR

4/ si vous utilisez le navigateur Google Chrome de Google

https://support.google.com/chrome/answer/95647?hl=fr

Retrouvez plus d'informations sur l'utilisation des cookies sur le site de la CNIL : http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/